La ville de Shanghai en Chine s’apprête à se lancer dans la construction de la plus importante ferme verticale du monde, d’une surface de cent hectares. 

(©Sasaki.com)

Face à la réduction de ses terres agraires, son urbanisation grimpante et la pollution de ses sols, la ville de Shanghai envisage de nouvelles méthodes pour nourrir ses quelque 24 millions d’habitants. La dernière en date est un projet architectural baptisé Sunqiao Urban Agricultural District, soit une ferme verticale de 100 hectares. Comme l’explique le site de son promoteur, Sasaki, la Chine a perdu plus de 123 000 kilomètres carrés de terrains cultivables au profit de l’urbanisation au cours de ces vingt dernières années. Soit l’équivalent de dix fois la surface de l’Île-de-France.

Et selon une estimation du ministère de la Protection de l’Environnement chinois, un sixième des terres arables du pays (soit environ 200 000 kilomètres carrés), seraient polluées. L’idée de la ferme urbaine verticale vise donc, non pas à résoudre ces problèmes, mais à s’en accommoder, en envisageant de nouveaux modes de production de nourriture innovants et intégrés à la ville.

Plus qu’une ferme, un quartier éducatif

L’exploitation agricole verticale de Sunqiao ressemblera surtout à un grand quartier situé à mi-chemin entre l’aéroport international de Shanghai et le centre-ville, dont la vocation sera aussi d’informer le public et à investir dans la recherche. « Le résultat [sera] une expérience interactive, ludique et engagée présentant l’agriculture urbaine comme un laboratoire dynamique pour l’innovation et l’éducation« , résume le site qui souhaite éduquer la jeune génération urbaine à la provenance de la nourriture dont de plus en plus d’enfants sont déconnectés.

Le tout dans un contexte favorable à la culture de produits locaux. « 56 % des légumes consommés dans le régime shanghaïen sont des légumes verts comme les épinards, le kale, le bok choi ou le cresson. L’agriculture verticale offre plein de possibilités dans cette région de la Chine« , poursuit-il. Il s’agit là de légumes à feuilles qui ne nécessitent en effet pas d’attention particulière et qui se prêtent bien à la culture en hydroponie et aquaponie. « Ils poussent vite, ils sont légers, ce qui en fait une option économique et efficace« .

L’un des buts de Shanghai est de se positionner comme leader de l’agriculture urbaine à l’instar de la ville américaine de Détroit et de confirmer sa place de métropole mondiale investie dans des thématiques de demain aux côtés de New York, Londres ou Paris.

(©Sasaki.com)

(©Sasaki.com)

source : Jeanne Pouget

Publicités