Connaissez-vous les colonnes Morris à Paris ? Mais si, vous savez, ces colonnes emblématiques sur lesquelles s’affichent les spectacles et autres rendez-vous culturels de la capitale ? Un nouveau projet vise à créer un nouveau genre de colonnes Morris afin de capter le CO2 de la ville et ainsi diminuer la pollution locale. Comment ? Avec des micro-algues. Découverte.

 

Ce nouveau concept est le résultat d’une collaboration entre le groupe Suez et la startup Fermentalg. Camouflé sous les traits d’une colonne Morris, il s’agit en fait d’un « puits de carbone » destiné à assainir l’air parisien, tout en créant une chaîne de valorisation du CO2. Un procédé en théorie particulièrement efficace qui permettrait de capter autant de de gaz carbonique que 100 arbres (soit une tonne de CO2 par an) !

Résultat de recherche d'images pour "COLONNE morris contre le gaz carbonique"

Comment ça marche ? Avec la photosynthèse, des micro-algues captent le carbone dans un réservoir de 4m de haut. Les algues sélectionnées par la startup Fermentalg sont en effet avides de CO2 et le fixent « sous la forme d’une masse organique » pour finalement produire de l’oxygène et, en se multipliant, une biomasse évacuée par le réseau des eaux usées de la ville pour être finalement transformée en énergie verte.

Résultat de recherche d'images pour "COLONNE morris contre le gaz carbonique"

Un test d’une durée d’un an minimum va être réalisé grandeur nature dans le 14e arrondissement sur la place d’Alésia à Paris et une première expérimentation avait déjà été lancée depuis janvier 2017 dans les Hauts-de-Seine à Colombes.

Publicités