Face à la saleté des rues, des plages ou des forêts, des milliers de citoyens décident de se retrousser les manches et collecter eux-mêmes les détritus. Poussées par la puissance des réseaux sociaux, de plus en plus d’initiatives émergent. Retour sur un phénomène bon pour la planète.

En Inde, 1 500 volontaires se sont mobilisés chaque week-end durant un an pour venir à bout des tonnes de déchets délaissés sur la plage de Versova à Mumbai. Considérée comme la plage la plus polluée du monde, Versova Beach n’était plus qu’une immense décharge à ciel ouvert abandonnée par les autorités. Lassé de voir une telle catastrophe écologique se dérouler sous yeux, Afroz Shah, un citoyen ordinaire, décide un jour de passer à l’action. Il se rend sur la plage, muni de gants, et commence à ramasser les déchets.

Peu à peu, il est rejoint par d’autres citoyens, eux aussi touchés par le désastre, puis d’autres personnes et encore d’autres… Chaque week-end, la détermination ne faiblit pas jusqu’à venir à bout des 3 000 tonnes de déchets qui jonchaient les 2,7 km de plages. Pour son leadership et sa capacité à mobiliser les autres, Afroz Shah a été récompensé du Prix des champions de la terre, décerné par l’ONU. Une belle histoire.

dev-durable-dechets

#1dechetparjour, un collectif qui fait le buzz à Marseille

Des actions citoyennes de nettoyage existent un peu partout en France. L’association Surfrider a notamment organisé plus de 8 000 collectes depuis 1996. Mais un nouveau collectif, né à Marseille, entend populariser le ramassage des déchets auprès des jeunes. Comment ?

En fédérant une communauté, à l’aide des réseaux sociaux, autour d’un défi : collecter un déchet chaque jour. Le collectif 1 Piece of Rubbish ou 1 déchet par jour invite les citoyens à rendre les rues et les villes plus propres pour un futur plus propre. Chaque participant doit ramasser un déchet croisé sur son trajet, prendre une photo de son action, jeter le déchet dans une poubelle,…. Depuis sa création en septembre 2015, le mouvement est devenu viral. Près de 6 000 photos ont été postées sur Instagram mais surtout 52 000 kg de déchets ont été collectés ! L’initiative a aussi dépassé le cadre de la Cité phocéenne puisqu’on la retrouve à Grenoble, Rennes ou Lyon, mais également à l’étranger (Malte, Londres, New-York, Rio, Buenos Aires…). En ce moment, les trois fondateurs de l’association ont mis en place une campagne de crowdfunding pour financer, entre autres, l’intervention d’une équipe pédagogique dans les milieux scolaires.

ramassage-dechets7

Run Eco Team, l’initiative coup de cœur du patron de Facebook

À Nantes, un joggeur a décidé lui aussi de créer un groupe sur Facebook, « Run Eco Team », pour inciter ses membres, adeptes de la course à pied, à collecter un déchet par séance de jogging avec le concept « 1 run = 1 déchet ». « Si tous les coureurs à pied de France ramassaient un déchet de 20 grammes à chaque sortie, on pourrait collecter jusqu’à 40 tonnes de déchets par an », confiait Nicolas Lemonnier, à l’origine de Run Eco Team, à France 3 Pays de la Loire.

En seulement quelques mois, 3 000 runners rallient le groupe, qui propose à présent des sorties réunissant des dizaines de participants équipés de sacs poubelle. Une initiative sportive et écologique qui a même tapé dans l’œil du milliardaire et fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg. Le 24 décembre dernier, celui-ci a relayé sur son propre compte, suivi par plus de 82 millions de personnes, une vidéo réalisée par son équipe pour mettre en lumière l’initiative du Nantais. Résultat : un buzz géant et 10 000 membres en plus en quelques semaines. Et pour ceux qui ne courent pas, pas de panique, les marcheurs et les cyclistes sont aussi les bienvenus.

vidéo : https://youtu.be/qR505arYk_Q

source : mag up

Publicités